Ils ont ensuite discuté la possibilité de former une coalition structurellement souple, pour feter ce 35e anniversaire, les groupes de la coalition s'engageant à appuyer et à défendre les principes suivants:

1) Reconnaître que célébrer ce 35e anniversaire est une cause méritoire.
   
2) Lutter pour le respect de la Déclaration universelle des droits de l 'homme, dans un contexte canadien.
   
3) S'engager formellement à communiquer à son auditoire les principes de la déclaration.

Actuellement, chaque organisme prend les dernières décisions internes nécessaires pour confirmer son engagement à ce programme. Entre-temps, le groupe de planification esquisse divers plans d'action pour organiser et financer les commémorations nationales. Ce groupe fera probablement fonction de centre de ressources, assurant ainsi le libre échange de renseignements entre les membres de la coalition.

À titre de participant, le CCPEF communiquera à ses membres divers renseignements et leur proposera des activités connexes au 35e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme. L'occasion permettra également au CCPEF de renforcer ses liens avec d'autres organismes nationaux.

Nous espérons que le CCPEF jouera un rôle prépondérarit dans l'orientation et le succès de ce programme. Les efforts déployés à l'échelle nationale auront sans doute une portée surtout éducative et chercheront à montrer comment agir pour obtenir des résultats concrets. Par le .biais des organismes participants, la campagne pourrait revêtir une envergure considérable et se proposer de faire connaître au plus grand nombre possible de Canadiens les engagements et obligations de leurs gouvernements, leur expliquant qu'il est possible d'exiger un redressement des positions en cas de non-respect ou de violation.

Cette campagne pourrait notamment comprendre un programme qui expliquerait "comment" surveiller les gouvernements, comment exiger des mesures rectificatrices et comment contraindre les gouvernants à respecter leurs engagements internationaux quand ils les ignorent.

Ce 35e anniversaire coïncide avec une crise économique dont la dureté se fait croissante pour beaucoup. Or, on le sait les libertés civiles et les droits de la personne sont vite négligés, ignorés et transgressés quand les conditions économiques deviennent difficiles et que la population souffre sévèrement de la crise. Les droits que nous avons acquis, au prix d'ef:forts ardus, peuvent soudainement nous être enlevés. Ne serait-ce que pour cette raison, l'intervention du CCPEF et des membres de la coalition est d'une importance extrême. Nous attendons beaucoup de votre collaboration.

image

*

Magda Seydegart occupe le poste d'Administratrice exécutive au Centre de recherche et d'éducation sur les droits de la personne, à Ottawa. Depuis plus de dix ans, elle travaille dans le domaine de l'éducation pour les adultes. Auparavant, elle était chargée de coordonner les programmes de main-d'oeuvre et d'éducation pour adultes, à la Commission canadienne des droits de la personne.



Back Contents Next