COMMENTARY/COMMENTAIRE


Returning to Learning
BY AUDREY WAYTIUK

Somebody with a keen sense of humour asked me, “What's funny about going back to school (when you're past thirty...)?” This was not a casual question. This person wanted me to actually document the experience; to capture the light side of returning to learning. I gave it some thought.

THERE IS NOTHING FUNNY ABOUT
GOING BACK TO SCHOOL

Perhaps it was the wrong time to think about it. I was in the midst of studying for the last of my third term examinations. Physical Chemistry. Now, I have a background which leans towards the arts subjects: literature, psychology and writing. I worked as a news reporter for a time as well. These areas demand opinions and interpretations of people's philosophies and ideas which leave one plenty of room to function; sometimes merely with one's adroitness in handling words, one can manage to give a favourable impression.

But I returned to school to study Biochemical Technology, a course in which all the subjects require exactitude. One must constantly quantify and account for things with logical proof. Even in areas of uncertainty, the degree to which one is uncertain must be calculated in cold hard numbers.

REPRENDRE SES ETUDES
Par Audrey Waytiuk

Quelqu'un me demandait récemment «Qu’y a-t-il de drôle à reprendre ses études?» J'ai réfléchi à la question.

IL N'Y A RIEN DE DRÔLE À REPRENDRE SES ÉTUDES!

Ce n'était vraiment pas le moment de penser ça. J'étais en train de réviser mon cours de chimie pour l'examen du troisième trimestre. J'ai surtout étudié la littérature, la psychologie, la rédaction et le journalisme, sujets qui laissent le champ libre à l'interprétation. J'ai repris des études en technologie de la biochimie, ce qui exige une grande exactitude. Même ce qui y est incertain doit se calculer en chiffres. Voilà six jours que j'ai passé l'examen et je retrouve petit à petit l'apparence quasi humaine. On oublie souvent lorsqu'on reprend ses études à un age mûr qu'on ne peut étudier jusqu'à une heure avancée de la nuit et être fraîche comme une rose le lendemain matin. On n'a plus dix-huit ans.

Mais je garde de bons souvenirs, comme cette question que posa le professeur de calcul à la classe après une de mes interventions «Est-ce que l'un d'entre vous sait de quoi elle parle?»

J'ai retrouvé dans le journal que je tenais à treize ans cette phrase "Cher journal, j'ai appris aujourd'hui que je ne savais pas encore tout". Sans l'ombre d'une hésitation, j'affirme aujourd'hui que je ne sais pas encore tout. Un peu triste, mais forte de ma plus grande sagesse, je reconnais que cela ne changera jamais.

A udrey Waytiuk a obtenu son diplôme en technologie de la biochimie au Red River community Collège de Winnipeg.



Back Contents Next