image

Photo: Health and Welfare Canada

Il n'y a aucun doute que le Canada aurait les moyens d'établir un réseau universel de garderies publiques si les décideurs voulaient bien en faire une priorité.

L'Association canadienne pour la promotion des services de garde a recommandé une façon d'étaler l'établissement d'un réseau national sur une période de dix ans, à compter de cette année. Le gouvernement du Manitoba a également avancé quelques propositions détaillées. Tous parlent d'une Loi nationale sur le financement des services de garde prévoyant le versement de subventions aux provinces par le gouvernement fédéral pour l'établissement des garderies dont celles-ci ont besoin et le partage des frais de fonctionnement pertinents.

Un programme universel de services de garde doit prévoir l'agencement avec d'autres programmes d'aide aux familles, comme des congés parentaux entièrement payés, des congés spéciaux payés pour les parents dont les enfants (ou les personnes qui en prennent ordinairement soin) sont malades, des dispositions spéciales pour le soin des enfants dont les parents travaillent par poste, des services pour les enfants qui ont des besoins spéciaux et des services pour les enfants gardés au foyer par les parents.

Officiellement, la société canadienne s'est prononcée envers l'intégration pleine et entière des femmes à la vie économique de la nation. Il est bien fini le temps où nous pouvions espérer mettre un frein à l'évolution sociale en refusant d'offrir les services de garde dont les familles ont besoin. Près de 58 pour cent de toutes les mères d'enfants d'âge préscolaire font maintenant partie de la population active ordinairement dans des emplois à plein temps.

Les garderies sont un service dont la majorité des enfants d'âge préscolaire ont besoin. Omettre de répondre à ce besoin pourrait bien entraîner des conséquences sérieuses à long terme pour la société canadienne un prix que le Canada ne peut se permettre de payer.



Back Contents Next