Reclaiming Lives


La révolte m'envahit cette foie lorsque des leaders étudiants masculins de Poly prennent la parole lors d'une marche organisée par le collectif des femmes de l'Université de Concordia et le Comité de défense des femmes de Montréal. On étouffe la voix de celles qui veulent dénoncer le sort fait aux femmes, on les accuse de récupérer l'événement et on leur impose le silence. Les médias ont parlé d'un silence "touchant." C'était du bâillonnement! C'était du mépris!

Aux funérailles, j'ai vu des dizaines d'hommes autour de l'autel dominer la cérémonie et présenter un discours qui prônait l'égalité des femmes et des hommes dans la société alors que l'église refuse d'actualiser ce principe dans ses fonctions sacerdotales et dans ses structures de pouvoir et de décisions. C'était ajouter l'insulte à l'outrage!

Pendant le reste du mois, la dépression pèse sur moi, sur mes amies, mes soeurs, mes voisines. Nous pleurons toutes de désespoir. Cet événement probant n'a pas fait cessé les injustices à l'égard des femmes, mais il a suscité un remous. Les journalistes ont reconnu deux mois après la tragédie avoir occulté le caractère sexiste et la violence faite aux femmes dans leur couverture médiatique. Un fond spécial a été créé par le Centre de prévention des agressions de Montréal pour aider au financement de cours d'autodéfense pour les femmes et d'ateliers pour les étudiantes et d'autres groupes vulnérables. La Fondation commémorative du génie canadien et !'école polytechnique offrent des bourses d'études pour encourager la participation des femmes en génie. Une campagne de sensibilisation pour promouvoir la non-violence et le contrôle des armes est lancé par l'Association étudiante de Poly. Une femme dans mon quartier organise une journée table ronde pour réfléchir à la violence dans la société, à l'école, dans les rapports hommes- femmes. Évaluation-Médias a lancé une pétition pour exiger une réglementation plus sévère du contenu médiatique et publicitaire de l'Industrie des communications à l'égard du sexisme et de la violence. Les Éditions du remue-ménage, maison d'édition féministe, vient de publier un recueil de textes, de lettres et d'articles intitulé Polytechnique 6 décembre grâce à la généreuse contribution de femmes et d'hommes qui ne veulent pas que ce drame soit oublié.

Les Québécoises garderont vivant ce douloureux souvenir et remercient toutes leurs soeurs canadiennes et du monde entier qui leur ont exprimé leur peine et leur indignation.

Les
journalistes
ont reconnu
deux mois
après la
tragédie avoir
occulté le
caractère
sexiste et la
violence faite
aux femmes
dans leur
couverture
médiatique.

D'autres que moi ont si bien écrit sur le massacre du 6 décembre: analyses percutantes, commentaires éclairants, reportages édifiants. je sais que j'ai oublié de nombreux éléments qui pourraient vous donner un portrait plus juste et plus précis, mais ce sont les émotions qui m'obsèdent et m'habitent encore aujourd'hui que je veux partager avec vous toutes. Une autre fois peut-être je pourrai vous parler des autres raisons qui font que maintenant je m'associe au mouvement des femmes et ce pour toute ma vie.

Reprinted from WEdf June 1990, Volume 8, Number 1.

Anne-Marie Pharand est la directrice provinciale du CCPEF-Québec.

Anne-Marie Pharand is CCLOW'S Quebec director.



Back Contents Next